L’entorse, symptômes et traitements d’une blessure fréquente

Entorse de la cheville

L’entorse est une blessure connue de tous les sportifs. Toutefois, tout le monde peut être exposé à une entorse en marchant sur une surface accidentée. Pharmanity vous détaille les symptômes, les causes et les conséquences de l’entorse.

Les causes d’une entorse

Une entorse est par définition un étirement, qui peut aller jusqu’à une déchirure, d’un ou de plusieurs ligaments d’une articulation. Les ligaments sont des faisceaux de bandes de tissus qui servent à lier les os entre eux, pour donner une stabilité et pour protéger les articulations. Ces entorses sont souvent dues à des mouvements forcés, brusques survenant dans beaucoup de cas lors de la pratique sportive mais également lors d’un accident dans la vie courante (mauvais pas, chute ou autre). Ces mouvements entraînent soit une tension extrême sur l’articulation, soit une flexion, une extension ou une torsion de l’articulation.

Quels sont les symptômes d’une entorse ?

On distingue trois degrés d’entorse : l’entorse bénigne, aussi appelé foulure, l’entorse modérée et l’entorse grave. Pharmanity vous détaille les symptômes et les différences de ces trois entorses.

  • L’entorse bénigne ou foulure : dans ce cas, l’absence d’ecchymose, c’est-à-dire de tâche bleue sur la peau, est à noter. La personne ressent une douleur vive à l’articulation puis un gonflement de celle-ci dans les heures qui suivent le choc. Toutefois, l’impotence est très courte, il est donc possible de retrouver une activité physique après quelques minutes, voire quelques secondes.
  • L’entorse modérée : dans ce cas, on assiste à une distension qui s’accompagne d’une rupture partielle du ligament. La douleur est plus vive que lors d’une foulure, et un hématome apparaît rapidement suite au gonflement de l’articulation. L’arrêt de l’activité physique peut s’étendre à plusieurs jours.
  • L’entorse grave : dans ce cas, le ligament est totalement rompu. La douleur est très intense et est ressentie dès lors que l’on bouge l’articulation. Le gonflement s’intensifie en quelques minutes avec l’apparition d’un hématome.

Le patient entend bien souvent un craquement lors d’une entorse modérée ou grave. C’est grâce à ce craquement qu’il peut différencier la blessure d’une simple foulure.

Comment éviter une entorse ?

Certaines personnes sont plus sujettes aux entorses que d’autres, notamment les personnes ayant des articulations fragiles, les personnes en surpoids, les personnes âgées et les sportifs. Plusieurs mesures préventives pour ces catégories de personnes sont à prévoir.

Tout d’abord, l’activité sportive est une opportunité pour renforcer ses articulations. Avant l’activité il convient de s’échauffer afin de préparer l’organisme, et donc les articulations, à l’effort. Lors de l’activité, il convient aussi d’observer des temps de repos pour récupérer suffisamment. Enfin il faut avoir un bon équipement et notamment une chevillère ou une genouillère si l’on a été déjà été sujet à des entorses ou à des problèmes articulatoires. Aujourd’hui, beaucoup de solutions sont commercialisées pour prévenir les récidives. Par exemple, le taping permet l’adaptation des tissus et donc de l’articulation à l’effort physique intense suite à un problème articulatoire. Ces solutions, pour être efficaces, doivent toutefois être accompagnées d’exercices kinési-thérapeutiques de renforcement.

Quels sont les traitements pour soigner l’entorse ?

Afin de soigner correctement une entorse, il faut directement suivre le protocole RICE, qui signifie en français repos-glaçage-compression-élévation. Il faut donc concrètement, suite au traumatisme, reposer la partie endolorie, la surélever, la compresser à l’aide d’une bande élastique puis la glacer.

Si la douleur disparaît rapidement, le repos et l’utilisation d’une attelle, peut suffire. Encore une fois tout dépend du type d’entorse. Si la douleur est très intense et qu’elle ne diminue pas rapidement, il convient de consulter un médecin, et de faire une radiographie pour éventuellement déceler une fracture éventuelle. Dans le cas d’une absence de fracture, il faut tout de même strapper la partie traumatisée, utiliser une attelle et/ou une béquille pour soulager l’entorse, et prendre un traitement anti-douleurs  ou anti-inflammatoires. Dans le cas d’une fracture, il faut immobiliser totalement et rapidement, puis prendre rendez-vous avec un chirurgien pour convenir de la nécessité d’une opération chirurgicale.

Dans tous les cas lorsque vous avez subi un traumatisme articulaire il est important de consulter un professionnel de santé pour poser un diagnostic.

Sources :

Laisser un commentaire

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.