Bouchon de cérumen : définition, origines et méthodes d’extractions

Bouchon de cérumen

Le bouchon de cérumen réduit l’audition et peut provoquer une sensation d’oreille bouchée dans certains cas. Le cérumen est une matière grasse naturellement produite par les oreilles. Communément appelé cire d’oreille, le cérumen est composé de deux substances produites par différentes glandes du conduit auditif.

Qu’est-ce-que le cérumen et quelles sont ses fonctions ?

Le conduit auditif contient deux glandes. Les glandes cérumineuses produisent le cérumen à proprement parler tandis que les glandes sébacées sécrètent le sébum. La cire d’oreille est donc un mélange de ces deux matières, lui conférant des propriétés variables en fonction de la quantité et de la qualité des substances sécrétés. Le cérumen est composé principalement du cérumen lui-même mais aussi de débris de kératine (protéine) et de poils. Il contient également des lipides (graisses), qui selon leur nombre donnent un aspect cireux ou sec au cérumen.

La principale fonction de la cire d’oreille est de lubrifier le conduit auditif externe afin de le protéger. En effet, le cérumen constitue une barrière face aux corps étrangers tels que les poussières ou tout autre résidu volatile. Il permet également d’endiguer le développement des bactéries pouvant être à l’origine de maladies de l’oreille externe comme le sont les otites. Une fine couche de cire d’oreille est donc indispensable pour éviter les infections de l’oreille. L’absence de cérumen peut même se révéler symptomatique. Elle entraîne des phénomènes de démangeaison et d’irritations.

Qu’est-ce que le bouchon de cérumen ?

En temps normal, le cérumen est évacué du conduit auditif, de manière naturelle, grâce aux mouvements de la mâchoire. Néanmoins, il peut parfois s’accumuler dans l’oreille et ne plus être expulsé. On parle alors de bouchon de cérumen (ou bouchon d’oreille) pour définir une obstruction du conduit auditif. Première cause de consultation chez le médecin ORL, les bouchons de cire peuvent prendre deux formes.

  • Le bouchon de cérumen classique est le plus fréquent et le plus bénin. Il se développe dans la partie cartilagineuse de l’oreille en se propageant progressivement vers la zone osseuse du conduit auditif.
  • Le bouchon de cérumen épidermique est moins fréquent mais davantage problématique. Il traduit une obstruction du conduit auditif allant de la partie osseuse de l’oreille jusqu’au tympan. Il est caractérisé par un bloc épais de résidus de peau et de cérumen dont l’adhérence, la consistance et la quantité rendent difficile son extraction.

Quelle que soit la forme du bouchon, il existe des signes révélateurs permettant de mettre en évidence l’occlusion de l’oreille par le cérumen.

  • Des sensations de bourdonnement, d’obstruction ou de pression dans l’oreille
  • Des gênes voire des affaiblissements de l’audition.
  • Des irritations, des démangeaisons ou des douleurs dans le canal auditif

Il est important de noter que chez les enfants, ces symptômes ne sont pas nécessairement révélateurs d’un bouchon d’oreille. En effet, les bambins peuvent présenter des signes d’occlusion qui sont en réalité dus à l’introduction d’un petit objet dans leurs oreilles. La présence de symptômes auriculaires chez l’enfant nécessite une consultation médicale inévitable et urgente.

Les causes du bouchon de cérumen

La formation d’un bouchon de cérumen peut être expliquée par une surproduction de matière ou par des difficultés d’évacuation. Ces phénomènes sont dus à des comportements favorisants cette surproduction ou cette difficulté d’évacuation, mais peuvent parfois apparaître sans raison spécifique.

  • Le nettoyage : une utilisation trop fréquente ou incorrecte des cotons tiges stimule la fabrication de cérumen et favorise son accumulation dans le fond du canal auditif (il se tasse). Un mouchoir en papier, placé autour du doigt suffit à nettoyer l’oreille.
  • Le port d’objets : les aides auditives, les bouchons d’oreilles (anti-bruit), les écouteurs ou casques stéréo entraînent une réaction des glandes souhaitant protéger le conduit auditif. Les sécrétions de cérumen augmentent.
  • La baignade : au contact de l’eau, le cérumen gonfle et devient compact. Des contacts trop fréquents pourraient provoquer des lésions à l’origine de pathologies plus importantes comme des otites.
  • Le diamètre du canal auditif : il favorise une obstruction plus rapide chez les personnes dont le diamètre du conduit est faible. C’est fréquemment le cas chez les enfants.
  • Les poils : en grande quantité, ce sont des barrières à l’expulsion du cérumen.

L’extraction du bouchon de cérumen

Le bouchon de cérumen n’est pas une maladie. Il ne nécessite donc généralement pas de consultation médicale et peut être traité et retiré par ses propres moyens. Il est néanmoins primordial de respecter un certain nombre de précautions visant à ne pas endommager l’oreille et à éviter les complications. De plus, il est totalement déconseillé de tenter de retirer un bouchon de cérumen à l’aide d’un coton-tige ou tout autre objet pointu. Le bouchon ne sera pas retiré et risque d’être davantage tassé au fond de l’oreille, ce qui pourrait causer des dommages aux tympans et induire des troubles de l’audition.
Pour ramollir et évacuer le cérumen, des solutions à base de sérum physiologique ou d’eau de mer sont disponibles en pharmacie. Elles sont simples d’utilisation et très efficaces. L’opération est à renouveler plusieurs fois par jour.

  • Faire tiédir le produit dans le creux de la main
  • Faire couler la solution dans le conduit auditif, en penchant la tête sur le côté
  • Garder la position pendant plusieurs minutes

Si le bouchon de cérumen ne parvient pas à être évacué par les méthodes d’automédication ou si les symptômes persistent (douleurs, fortes démangeaisons, très faible audition), il est impératif de consulter un médecin. Celui-ci examinera le conduit auditif (notamment l’état du tympan) et procédera à un nettoyage. Le ramollissement du bouchon peut être réalisé afin de faciliter l’extraction. Mais il n’est pas systématique.
Le médecin irrigue le canal auditif à l’aide d’une poire ou d’une seringue contenant de l’eau tiède. Munie d’un tuyau souple, ces dispositifs permettent de pénétrer dans le conduit auditif afin de morceler le bouchon et de le déloger.

Si cette opération reste infructueuse, ou en cas de perforation avérée du tympan, une extraction manuelle réalisée par un médecin généraliste ou spécialisé (oto-rhino-laryngologiste) doit être réalisée. Pour cela, il existe plusieurs méthodes et dispositifs d’extraction.

  • La curette : elle permet de déloger le cérumen en grattant à l’intérieur de l’oreille. Il s’agit d’un instrument chirurgical à usage professionnel, qui doit être utilisé par un professionnel de santé, afin d’éviter une insertion trop profonde et une blessure.
  • L’aspirateur d’oreille : il s’agit d’un dispositif visant à aspirer le cérumen.
  • Les bougies d’oreilles : c’est un traitement dit thermique-auriculaire. Il s’agit d’une technique de médecine alternative encore en phase d’expérimentation. Certains chercheurs la considèrent même comme étant dangereuse et inefficace. La pratique consiste à placer un tube de tissus recouvert de cire d’abeille, dans le conduit auditif. Le temps de la combustion, une sorte de dépression serait créée, permettant ainsi de ramollir puis d’aspirer le cérumen.

Laisser un commentaire

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.