Asthénie et le syndrome de fatigue chronique : origines et traitements

Asthénie ou fatigue extrême

L’asthénie n’est pas une maladie mais un symptôme révélateur d’un épuisement physique. Elle se distingue de la simple fatigue par son intensité et ses conséquences sur l’organisme.

Asthénie, les raisons d’une fatigue extrême

Les causes d’asthénie sont nombreuses. Elles peuvent être répertoriées par leur origine organique (maladies) ou fonctionnelle (troubles psychiques).

1. Les causes organiques

Certaines maladies ou déficiences immunitaires peuvent être à l’origine de l’asthénie. On dénombre aujourd’hui plusieurs maladies ayant des effets sur la sensation de fatigue.

  • Les asthénies infectieuses : elles apparaissent au cours d’une infection ou pendant la période de convalescence. Le plus souvent, cette forme d’asthénie fait suite à une hépatite virale, une mononucléose infectieuse ou une tuberculose.
  • Les asthénies de cancers : elles surviennent généralement lors du développement du cancer et des syndromes associés. Mais elles peuvent aussi être expliquées par les traitements lourds que doit subir le patient.
  • Les asthénies métaboliques : elles résultent de troubles du métabolisme ou sont provoqués par des pathologies traduisant un dysfonctionnement du système immunitaire. Le diabète, les insuffisances rénales, les carences en vitamines sont autant de facteurs pouvant être à la source d’une asthénie.
  • Les asthénies neurologiques : elles sont associées à des pathologies neurologiques telles que la maladie de Parkinson ou sclérose en plaques. Dans certains cas, elles peuvent être liées à de simples fatigues musculaires qui évoluent de manière rapide.
  • Les asthénies hématologiques : elles traduisent un affaiblissement du système immunitaire, dont le fonctionnement n’est plus optimal. L’anémie est notamment une des causes principales d’asthénie hématologique.
  • Les asthénies digestives : elles sont caractérisées par des maladies inflammatoires d’origines infectieuses ou non. Ces maladies peuvent être des troubles passagers ou permanents, notamment chez les personnes souffrant d’intolérance à certains aliments (gluten, lactose, etc.).
  • Les asthénies cardiovasculaires et respiratoires : les pathologies des voies respiratoires et du système cardiovasculaire tels que les insuffisances cardiaques ou respiratoires, l’apnée du sommeil, les palpitations demande davantage d’efforts à l’organisme pour fonctionner. Progressivement, l’asthénie peut apparaître.
  • Les asthénies toxiques : certains médicaments et produits toxiques ou nocifs (tabac, alcool) peuvent ralentir voire modifier le fonctionnement de l’organisme.

2. Les causes fonctionnelles

Elles font référence à des troubles d’ordre psychiques ou comportementaux.

  • L’asthénie psychique : elle est liée à l’état psychologique de la personne touchée. La dépression, le stress, le surmenage, les changements professionnels ou familiaux sont autant de facteurs qui expliquent l’asthénie. Souvent, elle apparaît de manière progressive et conduit au burnout (syndrome d’épuisement professionnel). On parle alors d’asthénie prolongée.
  • L’asthénie comportementale : elle apparaît lorsque l’organisme doit fournir des efforts trop intenses ou inhabituels. Une activité physique prolongée et intensive, un hyper-investissement au travail ou au sein de la structure familiale sont souvent des actes qui puisent dans une bonne partie de l’énergie.

Combattre et vaincre l’asthénie

L’asthénie n’est pas une pathologie en soi. Il s’agit souvent d’un affaiblissement de l’organisme qui a besoin de se ressourcer. En France, trois quart des asthénies sont fonctionnelles (1).
Le traitement de la maladie repose donc essentiellement sur une hygiène de vie stable et équilibrée. Pour cela, voici plusieurs conseils à appliquer.

  • Avoir un sommeil réparateur et suffisant (8 heures par nuit en moyenne sont conseillées)
  • Avoir une alimentation saine et équilibrée
  • Faire du sport, mais pas trop !
  • Organiser son emploi du temps pour limiter le stress et le surmenage
  • Prévoir des moments de détentes et s’adonner à ses loisirs

Si cela ne suffit pas, le médecin à la possibilité de prescrire des antiasthéniques. Ce sont des stimulants composés d’acides-aminés, de vitamines, de minéraux et d’oligo-éléments dont les carences sont à l’origine de l’asthénie.

Lorsqu’une origine organique ou fonctionnelle est retrouvée, le traitement doit être celui qui permettra de soigner la cause de l’asthénie : antidépresseurs, antibiotiques (bactéries), antifongiques (champignons), antiviral (virus), etc.

Laisser un commentaire

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.